Première carte sanitaire au Maroc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Première carte sanitaire au Maroc

Message par Invité le Ven 12 Juin - 17:05

Le Maroc se dote d’une carte sanitaire pour la première fois


Elle servira de base pour la planification et l’organisation de l’offre des soins.
Valable pour 10 ans, elle déterminera l’implantation future des établissements de santé.


Le Maroc aura bientôt et pour la première fois une carte sanitaire. Le projet présenté par la ministre de la santé Yasmina Baddou a été validé, jeudi 28 mai, par le conseil de gouvernement. Ce projet s’inscrit, rappelons-le, dans le schéma de la loi-cadre 34-09 relative au système de santé et à l’offre de soins et répond à une nécessaire équité dans la répartition des prestations publiques de santé. Les pouvoirs publics honorent ainsi l’engagement donné lors de la signature de la charte de mise en œuvre de l’Assurance maladie obligatoire (Amo) en janvier 2005. Outre l’organisation des soins, la carte sanitaire permettra, selon le ministère de la santé, de maîtriser les dépenses de santé, en affectant les ressources financières là où le besoin se fait le plus sentir plutôt que d’avoir des établissements et des effectifs médicaux en surnombre au niveau de l’axe Kénitra-El Jadida. La carte est complétée par ce que le ministère appelle «les schémas régionaux de l’offre des soins». Alors que la carte sanitaire définit les composantes de l’offre sanitaire au niveau national, les schémas régionaux organisent, quant à eux, l’offre de soins à l’échelle régionale. Ces deux outils serviront de base à l’implantation des établissements de santé sauf pour trois cas spécifiques : les pharmacies -dont l’implantation pourrait, dans le futur, être soumise au principe du numerus clausus (densité de la population) en lieu et place du chaînage (distance minimale de 300 m à vol d’oiseau)-, les installations de haute technologie et les systèmes d’assistance médicale urgente qui obéiront à une autorisation spécifique ainsi que certains établissements dont les zones d’implantation seront délimitées par les textes d’application de la loi-cadre en raison de leur nature et des besoins de la population.
La carte sanitaire sera établie par l’administration, après avis de la commission nationale de l’offre de soins dont la création est prévue par l’article 30 de la loi-cadre 34-09, pour une durée maximale de 10 ans. Elle peut faire, expliquent des responsables au ministère de la santé, l’objet d’une révision en cas de changements majeurs des données ayant servi à son élaboration. La carte est établie, selon l’article 21 de la loi-cadre, «sur la base de l’analyse globale de l’offre de soins existante, des données géo-démographiques et épidémiologiques ainsi que du progrès technologique médical». Elle définit les types d’infrastructures médicales, les normes et les modalités d’implantation, et fixe les réseaux de prise en charge des problèmes et des risques de santé au niveau national.
Quant au schéma régional, il sera conçu par la direction régionale de la santé concernée. Il organise, au niveau préfectoral ou provincial, l’implantation des infrastructures privées et publiques. Cela consiste à procéder à l’inventaire des infrastructures existantes, à la projection des établissements de santé, lits et installations fixes et mobiles ainsi qu’à la répartition territoriale des équipements lourds. Ce schéma détermine aussi la répartition des ressources humaines et constitue la base de l’organisation des relations fonctionnelles entre les secteurs public et privé au niveau des préfectures et des provinces. Il est valable pour une durée de cinq ans et pourra, tout comme la carte sanitaire, être modifié en cas de changement des normes d’implantation dans la carte sanitaire ayant un impact au niveau régional.

Le secteur privé satisfait des mesures d’encouragement à l’investissement
A noter que, hormis le cas des établissements publics de soins, il est également prévu que l’implantation des cliniques, des cabinets de radiologie et des laboratoires d’analyses de biologie se fasse en fonction des orientations de la carte sanitaire et des schémas régionaux de l’offre des soins, dans un souci d’équilibre de la carte sanitaire. Pour encourager les professionnels à s’installer dans des régions lointaines et isolées, le projet de loi prévoit des mesures d’encouragement aux investissements sous réserve du respect du cahier des charges établi par l’administration. Ainsi, peuvent bénéficier des incitations, les fondateurs de cliniques, les médecins et les dentistes acceptant de respecter la carte sanitaire et les professionnels acceptant de faire partie d’un réseau de soins d’utilité publique dans le cadre d’un partenariat entre les secteurs public et privé. Ces mesures d’encouragement sont saluées par le secteur libéral. Celui-ci estime également que l’adoption du projet de carte sanitaire constitue une «bonne nouvelle pour le secteur médical car elle mettra fin à plusieurs difficultés qui handicapent aujourd’hui l’amélioration de l’offre des soins».

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Première carte sanitaire au Maroc

Message par Yassine EL Kadiri le Lun 26 Sep - 15:43

Merci pour le sujet Smile
avatar
Yassine EL Kadiri
AdmiNasceamien
AdmiNasceamien

Masculin Nombre de messages : 832
Date d'inscription : 02/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum